Le célèbre Shohei Ohtani n’est pas le premier Japonais à débarquer en grande pompe chez les Dodgers de Los Angeles. Le 13 février 1995, en Floride, il y avait aussi eu une certaine frénésie à la conférence de presse entourant l’embauche du lanceur Hideo Nomo. 

Andrew Friedman, président des opérations baseball des Dodgers, a lui-même fait un clin d’œil au passage à Nomo, jeudi, durant la conférence de presse tenue en Californie. 

• EN PHOTOS: Shohei Ohtani présenté aux médias: la folie à Los Angeles pour l’homme de 700 M$

• À lire aussi: Ohtani pourra-t-il lancer à nouveau?

Il y a plus de 28 ans, les médias japonais s’étaient montrés particulièrement intenses lors de l’arrivée de Nomo au camp d’entraînement à Vero Beach. Puisque les temps ont bien changé, Nomo avait alors obtenu un boni de signature de 2 millions $ pour accompagner son contrat des ligues mineures. À l’époque, c’était beaucoup d’argent…

Les Dodgers et le Japon

À propos de Nomo, les nostalgiques aimeront se rappeler qu’il avait 26 ans à ses débuts avec les Dodgers. On a par ailleurs tendance à l’oublier, mais le droitier était rapidement devenu une star à Los Angeles. Si la popularité des Dodgers avait fait un bond au Japon, ils étaient aussi nombreux les jeunes joueurs de baseball, en Amérique du Nord, à tenter d’imiter la motion inorthodoxe du Japonais au monticule.

À sa première saison dans le baseball majeur, Nomo avait dominé avec 236 retraits au bâton et il avait surtout reçu le titre de recrue de l’année dans la Nationale, devant Chipper Jones, jeune joueur de troisième but des Braves d’Atlanta. La folie entourant Nomo ne s’était pas estompé, l’année suivante, quand il avait notamment réussi un match sans point ni coup sûr au Coors Field, domicile des Rockies du Colorado. C’est un exploit que même Ohtani n’a jamais réussi. Pas encore.



VOIR LA SOURCE