Les psychologues sont une denrée rare, dans le réseau scolaire. Les recruter reste un enjeu, les retenir l’est encore plus. Au cœur du problème: le salaire, qui est 44% moins élevé dans le réseau public qu’au privé.

• À lire aussi: Écoles cherchent professionnels: plus de 400 emplois vacants

• À lire aussi: Grève générale illimitée: Legault confiant quant à un retour en classe lundi

La psychologue Marie-Pier Déry a travaillé dans des écoles publiques de Québec pendant cinq ans, dans des milieux où le travail d’équipe est «stimulant», à intervenir auprès d’enfants qu’elle n’aurait jamais pu voir en clinique privée. 

Elle a toutefois fait le «choix déchirant» d’y renoncer l’an dernier, principalement à cause du salaire, pour assurer la sécurité financière de sa famille, raconte-t-elle. 

Et elle est loin d’être la seule, affirme Sébastien Mailhot, qui est psychologue scolaire depuis plus de 20 ans et qui a vu plusieurs collègues faire le même choix. «Le salaire, c’est un enjeu majeur», affirme-t-il. 





Sébastien Mailhot est psychologue scolaire depuis plus de 20 ans. On le voit sur une ligne de piquetage du Front commun mercredi matin à Québec.


Photo Daphnée Dion-Viens

Écart de revenu 

L’écart de revenu, évalué à 44% selon la Coalition des psychologues du réseau public, fait partie des négociations qui se déroulent présentement avec le gouvernement Legault. 

Québec affirme que l’offre différenciée sur la table représente une augmentation salariale de 25% sur cinq ans, pour une semaine de travail qui passerait toutefois de 35 à 37,5 heures. 

Or, la Fédération des professionnelles et professionnels en éducation (FPPE-CSQ) ne fait pas du tout le même calcul. 

Cette bonification de 25% comprend une augmentation offerte à tous les employés de la fonction publique liée à l’inflation, évaluée à 12,7%, indique-t-on. 

Puisque l’offre patronale comprend l’abolition d’une prime existante de 9% et deux heures et demie de travail supplémentaires par semaine, cette offre correspond plutôt à une baisse de salaire, selon la FPPE. 

«C’est un non-sens», laisse tomber son président, Jacques Landry. 

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Écrivez-nous à l’adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.





Voir la source