Deux Américains de Washington et du Montana, qui se vantaient par textos de leurs exploits de braconnage et de leur «frénésie meurtrière», ont été accusés d’avoir tué illégalement environ 3600 oiseaux, dont certains protégés par une loi fédérale. 

Simon Paul, 42 ans, et Travis John Branson, 48 ans, ont tous deux été accusés mercredi de trafic illégal, de complot, mais aussi d’avoir violé, à 13 reprises, la loi sur la protection de l’aigle chauve et de l’aigle royal, selon un acte d’accusation rendu public mercredi et rapporté par la BBC. 

Au total, les deux hommes auraient ainsi tiré environ 3600 oiseaux sur plusieurs années, pour revendre des parties et des plumes sur le marché noir, mais les procureurs n’ont pas précisé si d’autres espèces rares ou en voie de disparition seraient tombées sous les coups de leur fusil, selon le média britannique. 

À un certain point, ils auraient même déposé une carcasse de cerf pour attirer leur proie. 

Ils auraient notamment commis leur délit sur la réserve indienne Flathead dans l’ouest du Montana, mais aussi ailleurs. 

Travis John Branson serait même allé jusqu’à se vanter d’avoir «commis des crimes» et s’être lancé «dans une frénésie meurtrière», rapportant «des sommes d’argent importantes», selon la BBC. 

Longtemps, l’aigle chauve était considéré comme une espèce en voie de disparition, mais grâce à des efforts de conservation, l’oiseau national des États-Unis n’est plus considéré comme tel, bien qu’il soit toujours protégé par la loi fédérale, passible d’un an de prison et d’une amende, selon le média.

Ils risqueraient aussi une peine maximale de cinq ans de prison et une amende salée de 250 000 $ US, seulement pour l’accusation de complot s’ils sont reconnus coupables, a indiqué de son côté «The Independent».





Voir la source