Les syndiqués de la FAE qui en sont à leur 17e jour de grève illimitée ont manifesté dans le calme ce matin à l’intérieur du Complexe G à Québec. Les négociations piétinent avec le gouvernement pour le renouvellement de leur convention collective.

• À lire aussi: La FAE convaincue que cette grève-là va changer l’école

• À lire aussi: Grève dans le secteur public: des parents à bout de souffle

• À lire aussi: «Je comprends les parents d’être exaspérés», dit la présidente de la FAE

Au micro de TVA Nouvelles, une enseignante explique que le sit-in de ce matin en valait la peine. «Ça fait plusieurs jours que l’on est dans la rue. On s’ennuie de nos élèves, mais on n’arrêtera pas tant que l’on n’aura pas des conditions acceptables. On va faire tout ce qu’il faut. On veut retourner en classe. On veut voir nos élèves, mais on a besoin de bonnes conditions. Je m’ennuie de mes élèves, mais on le fait pour eux», appuie la jeune enseignante.

A-t-elle l’espoir d’un retour en classe lundi? «On aimerait beaucoup ça, mais on n’est pas aux tables de négociations, donc on fait confiance à notre affiliation. On va y aller avec de l’espoir, mais je n’en ai pas tant que ça», se désole-t-elle.

Notre journaliste Alain Laforest a demandé à une autre des manifestantes si c’était la bonne stratégie de faire une grève générale illimitée dès le début. «Tout le monde peut avoir sa propre idée, mais on va battre le fer pendant qu’il est chaud», soutient-elle.

*** Voyez les entrevues qu’a réalisées notre journaliste dans la vidéo ci-haut


Voir la source