Avec un parcours en tous points similaire à celui de David Côté, Samuel Tremblay a toutefois opté pour la NCAA plutôt que de poursuivre son parcours dans le réseau universitaire québécois comme l’a fait le botteur des Alouettes de Montréal.

Comme Côté, Tremblay a porté les couleurs de l’Arsenal de l’Académie Saint-Louis dans les rangs scolaires et du CNDF dans les rangs collégiaux en plus d’évoluer comme gardien au soccer pendant plusieurs années à un haut niveau.

«Avec un écart de dix ans, c’est drôle de voir qu’on a fait le même parcours, a souligné Tremblay qui a même fréquenté la même école primaire que Côté. Je regarde l’option des États-Unis depuis quelques années et j’ai participé à des camps au sud de la frontière les deux derniers étés avec mon père.»

Pendant son parcours collégial, Côté avait aussi pris part à plusieurs camps dans l’espoir de recevoir une offre en Division 1 avant de se joindre au Rouge et Or de l’Université Laval.

Les Black Bears du Maine ont invité Tremblay pour une visite non officielle cet été où il a réussi un placement de 55 verges lors d’un camp. Au début décembre, les Black Bears lui ont offert une visite officielle après lui avoir présenté une offre de bourse deux semaines plus tôt. Il y a deux ans, les Huskies de UConn lui avaient offert de se présenter comme joueur invité, mais les risques financiers sont grands si tu acceptes.

«Je suis allé au Maine avec mes parents et j’ai bien aimé ma visite, a-t-il raconté. À mon retour, j’ai pris quelques jours de réflexion avant de déterminer que le Maine était ma place. La NCAA n’était pas une finalité parce que j’aurais pu me développer très bien en demeurant au Québec. J’ai beaucoup aimé l’approche très humaine des entraîneurs.»



Le botteur de CNDF prend la direction de la NCAA


Photo Courtoisie Université du Maine

Avant d’arrêter son choix, Tremblay a discuté avec Côté qui a été son entraîneur de position au cours de la dernière année. «Je voulais obtenir un avis extérieur et David trouvait que c’était une bonne option, a-t-il souligné. J’ai fait mon choix quelques jours plus tard.»

Des options au Québec et au Canada

À l’exception du Rouge et Or de l’Université Laval qui mise sur trois botteurs en incluant Vincent Blanchard qui pourrait faire le saut dans la LCF, les quatre autres équipes du RSEQ ont recruté Tremblay ainsi que Bishop’s, Queen’s, Carleton et UBC.

Le Maine évolue dans la Coastal Athletic Association (CAA). «Si je suis habillé dès ma première saison, je pourrai affronter Oklahoma dans un match inter conférence, a-t-il indiqué. Il y a aussi des parties contre Boston College et Georgia Tech à l’horaire pour les prochaines saisons. J’aurai ainsi l’occasion de disputer des gros matchs et de me faire voir contre d’excellents joueurs. Il y a des vétérans qui sont de retour, mais j’aurai l’occasion de me battre pour un poste. Si je suis le meilleur, je ferai les trois types de bottés.»

«Parce que Laval ne m’avait pas recruté, je m’étais déjà fait à l’idée de quitter la maison et c’est rassurant d’être à seulement 4h30 de route, de poursuivre Tremblay qui fera ses débuts universitaires en janvier en administration. Je vais avoir l’occasion de jouer de l’excellent football et de vivre une expérience extraordinaire.»

Deux transferts

Les Black Bears misaient sur deux Québécois l’an dernier, mais le centre arrière Rohan Jones et le plaqueur Dorian Royal se sont inscrits au portail de transferts. Jones a capté 22 passes pour 240 verges et cinq majeurs, ce qui lui a valu une sélection sur la 3e équipe d’étoiles de la CAA. Il a depuis reçu une offre de Montana State.

Quant à Joyal, il n’a disputé que trois parties cette année comparativement à neuf en 2021 et 2022.





Voir la source